Les services pour les victimes/survivants d’agression sexuelle

Signaler | Signalement anonyme par une tierce personne
Recueil de preuves médicolégales | Planification de la sécurité
Services de counseling/de travailleur social
Recommendation auprès d’organismes communautaires
Services d’interprétation culturelle | Services de suivi

 

Signaler

L’agression sexuelle à l’égard d’un adulte n’est pas signalée à la police à moins que le patient n’en fasse la demande.Le personnel aux centres de traitement en cas d’agression sexuelle ou de violence familiale ne remet pas d’information à la police à moins que le patient ne signe les formulaires de décharge appropriés.

Signalement anonyme par une tierce personne

La victime d’une agression sexuelle peut envoyer un rapport écrit au centre qui décrit ce dont elle se souvient concernant l’agression et concernant la personne qui a commis l’agression. Le nom de la victime n’est pas inclus- elle reste complètement anonyme. Ce rapport aide la police à identifier des délinquants qui possiblement sélectionnent des victimes dans une zone géographique spécifique ou des délinquants qui ont commis des infractions auparavant, (ce service n’est pas disponible dans tous les centres).

Recueil de preuves médicolégales

Une trousse médicolégale est une boîte scellée qui contient des formulaires et beaucoup de récipients nécessaires pour recueillir des preuves du corps et des vêtements de la victime afin d’aider en cas de poursuites judiciaires.

Ces preuves doivent être recueillies dans les 72 heures qui suivent l’agression. Des recherches montrent qu’au-delà de 72 heures, il est très difficile de trouver des preuves (par exemple ADN) qui relieraient l’agression sexuelle à la personne qui l’a commise.

Ces centres ne signalent pas l’agression à la police ou ne divulguent pas d’information sans le consentement de la victime adulte.

Si la victime hésite à ce que la police intervienne, ces preuves peuvent être recueillies et conservées congelées au centre pour six mois. Cela permet à la victime de prendre son temps pour décider si elle veut avoir recours au système de justice pénale. La trousse sera détruite après six mois à moins que la victime ne contacte ce centre avec des instructions contraires.

Planifier sa sécurité

Le personnel du centre peut aider une personne qui vit dans une relation violente à développer un plan de sécurité et peut offrir des suggestions concrètes afin qu’elle et ses enfants soient en sécurité. Des suggestions pour développer un plan de sécurité personnel sont disponibles sur le site Internet du centre de traitement en cas d’agression sexuelle ou de violence familiale de la région de Waterloo, keepingsafe.ca (en anglais seulement).

Services de counseling/de travailleur social

Il est possible que les services de couseling varient d’un centre à l’autre. Il est possible que les patients reçoivent des services de couseling d’un membre du personnel ayant reçu une formation spéciale en counseling ou qu’ils soient référés à un organisme communautaire approprié. La personne qui fournira ce service discutera de confidentialité avec les victimes.

Recommendation auprès d’organismes communautaires

Les centres ont accès à des ressources communautaires telles que du couseling, des services juridiques, des refuges et des lignes téléphoniques accessibles 24 heures par jour. Le patient sera référé selon ses besoins.

Services d’interprétation culturelle

Les centres font tout leur possible pour fournir des interprètes gestuels et culturels si nécessaire. Le recours à des membres de la famille ou du personnel non formé n’est pas conseillé.

Services de suivi

Beaucoup de centres ont un infirmier dont le rôle est d’assurer le suivi avec les patients quelques jours après leur visite au centre sous réserve que cela ne pose aucun danger. Ce suivi peut être une appel téléphonique ou une visite personnelle pour laquelle le patient reviendra au centre. Ceci permet à l’infirmier de :

  • Vérifier le bien-être physique et émotionnel du patient
  • Répondre à toute question
  • Passer en revue le plan de sécurité
  • Effectuer une évaluation des risques
  • Documenter ou photographier de nouveau toute blessure qui est devenue plus apparente
  • Faire des tests pour des infections sexuellement transmissibles
  • Fournir les résultats de tests pour infections sexuellement transmissibles
  • Fournir des recommendations