Nos centres/Services

Services | Historique | Pourquoi avons-nous besoin de centres de traitement en cas d’agression sexuelle et de violence conjugale ? | Philosophie | Mandat

 

Services

Le Réseau ontarien des centres de traitement en cas d’agression sexuelle ou de violence familiale regroupe 35 centres de soins situé en milieu hospitalier qui prodiguent des soins d’urgence 24h sur 24 et 7 jours sur 7 aux femmes, hommes et enfants qui ont été victimes d’agressions sexuelles ou de violence familiale. Les services incluent : des soins médicaux d’urgence et des soins infirmiers, une intervention immédiate, le recueil de preuves médicolégales, un suivi médical et du counseling et la mise en rapport avec des ressources communautaires.

Les centres reconnaissent que les effets de la violence sexuelle et conjugale sont complexes et qu’ils ne peuvent pas être gérés par un seul organisme. De ce fait, les centres travaillent en coopération avec des organismes communautaires afin de fournir un continuum de soins pour les survivants.

Historique

Vers le milieu des années 70, les professionnels de la santé, les organismes communautaires pour les femmes et les organismes populaires exprimèrent de l’inquiétude concernant le fait que les salles d’urgence de l’Ontario ne satisfaisaient pas aux besoins des victimes d’agression sexuelle. A cette époque, les victimes d’agression sexuelle qui se présentaient aux salles d’urgence des hôpitaux pour des soins devaient attendre longtemps et étaient soignées par des infirmières et des médecins qui n’avaient pas reçu de formation adéquate pour faire face aux besoins spécifiques de ces victimes. En réponse à ces inquiétudes, en 1984, le ministère de la santé ouvrit le premier centre de traitement en cas d’agression sexuelle situé en milieu hospitalier au Women’s College Hospital de Toronto.

34 autres centres en milieu hospitalier, qui servent des populations ou des zones géographiques allant de 11 000 à 2.5 millions de personnes, ont depuis été ouverts par le ministère.

Le mandat de nos centres ne cesse de s’élargir.

En 1997, une enquête publique recommenda que la réponse du système de santé à la violence conjugale soit renforcée. Un projet de réseau de collaboration fut mis en place avec 8 centres afin d’évaluer l’efficacité d’élargir le mandat de nos centres pour inclure les victimes de violence conjugale. Les résultats montrèrent qu’il serait bénéfique de fournir des services spécialisés à ces personnes. Par conséquent, tous les centres reçurent des fonds pour fournir des soins aux victimes de violence conjugale.

En 2003, dans le cadre du fond des initiatives pour la petite enfance, les centres élargirent leurs services pour inclure la prestation de soins spécialisés aux victimes d’agression sexuelle d’enfants et aux membres (non- agresseurs) de leur famille. Deux buts principaux de l’initiative étaient d’améliorer les services au niveau local et d’accroître l’expertise des cliniciens de pédiatrie.

Pour servir ces objectifs, les équipes d’infirmières, de pédiatres et de conseillers spécialisés en agression sexuelle/violence conjugale reçurent une formation spécialisée en pédiatrie sur les questions médicolégales ainsi que sur le counseling et sur les interventions. Les équipes médicales et de counseling continuent à recevoir de la formation afin de maintenir leurs connaissances et leur compétence.

Pourquoi avons-nous besoin de centres de traitement en cas d’agression sexuelle et de violence conjugale ?

L’expertise qui est disponible dans les milieux hospitaliers où se situent les centres, nous permet de répondre aux besoins médicaux des victimes ainsi qu’à leurs besoins juridiques en recueillant des preuves médicolégales.

De nombreuses victimes et de nombreux survivants d’agression sexuelle ou de violence conjugale ont des besoins médicaux, émotionnels et de sécurité immédiats. Les infirmiers et les médecins qui sont dans les centres ont été formés pour subvenir aux besoins médicaux des victimes tels que le traitement des blessures, les inquiétudes concernant une grossesse et les infections sexuellement transmissibles. Ils fournissent également une intervention immédiate. Les cliniciens dans les centres sont également qualifiés pour s’occuper de la partie médicolégale des soins.

Une partie du rôle du personnel du centre est de s’occuper des inquiétudes concernant la sécurité, par exemple, planifier avec la victime la manière de rester hors de danger à la suite de leur visite à l’hôpital. En outre, losqu’une victime risque d’être victime de violence, une recommendation immédiate auprès d’un refuge peut être faite.

Philosophie

Les agressions sexuelles et conjugales sont des crimes violents qui trouvent leurs origines dans le pouvoir et le contrôle. En fournissant du soutien inconditionnel aux victimes et aux survivants et en tenant l’agresseur pour responsable du comportement violent, nous permettons aux patients de reconnaître leur propre évaluation d’eux-mêmes. Dans les situations d’agression sexuelle et de violence conjugale, la victime perd son contrôle personnel et son autodétermination, c’est pourquoi, il est essentiel que les patients regagnent leur autonomie en prenant des décisions concernant leurs propres soins. C’est seulement à ce moment là que le processus de guérison peut commencer.

Mandat

Le mandat des centres de traitement en cas d’agression sexuelle ou de violence familiale est de répondre d’une manière rapide, professionnelle et compatissante aux besoins médicaux, émotionnels, sociaux, médicolégaux et juridiques des femmes, hommes et enfants qui ont récemment subi une agression sexuelle ou qui ont été victimes ou sont les survivants de violence conjugale.

Tandis que servir nos patients reste notre priorité, nos membres utilisent toutes les occasions possibles pour éduquer le public à propos de l’agression sexuelle et de la violence conjugale.

Nous offrons de la formation à d’autres professionnels (par exemple, la police, les procureurs de la Couronne); nous faisons des exposés auprès de groupes d’étudiants et communautaires (par exemple, écoles secondaires, universités, centres d’intervention d’urgence) et nous entreprenons des campagnes de sensibilisation du public. La plus grande partie de notre travail se concentre sur des stratégies visant à réduire le risque d’agression sexuelle et de violence familiale et finalement à les éliminer. Nous faisons cela en collaboration avec d’autres organismes qui fournissent des services aux victimes/survivants (par exemple les centres d'aide immédiate aux victimes de viol, les centres de counseling familial). Contactez votre centre de traitement local si vous aimeriez que quelqu’un fasse une présentation à votre groupe.

Les centres ont des comités consultatifs composés d’individus, d’organismes et d’organisations dont le but est également de servir les personnes qui ont été agressées sexuellement ou physiquement au sein de leur communauté. Les comités consultatifs offrent de la direction et assure la responsabilisation auprès de leurs régions respectives.